fbpx
La faim psychologique : C’est quoi et comment passer outre ?

La faim psychologique : C’est quoi et comment passer outre ?

La faim psychologique : C’est quoi et comment passer outre ?

Quelques conseils Izi pour vous aider à la dépasser

Pour commencer, c’est quoi la faim psychologique ?

En diététique, on dit qu’il existe 2 types de faim :

La faim physiologique, qui désigne la sensation de faim engendré par un manque d’énergie. Notre corps cherche à avoir de l’énergie pour continuer à exercer ses fonctions de manière optimale. Les calories que l’on va manger seront donc utilisées directement. Cette faim apparait, en général, après plusieurs heures sans manger. Le ventre « gargouille » et on ressent un creux au niveau de l’estomac.

La faim psychologique ou émotionnelle correspond souvent à un besoin émotionnel. On a envie de manger pour éviter de penser à ses problèmes, parce qu’on est triste ou parce qu’on s’ennuie. Physiologiquement il n’y a aucune sensation. Notre corps n’a pas besoin d’énergie, les calories qui vont être ingérées seront donc stockées ! Cette envie de manger apparaît soudainement, nous fait manger au-delà de la satiété et à tendance à nous faire culpabiliser quand on a fini de manger…

Heureusement, il existe des solutions pour surpasser cette faim psychologique !

Le saviez-vous: chez Izisport, vous pouvez bénéficier d’un coach personnel pour presque rien. Et ça tombe bien, car un coach forge la motivation, alors prenez rendez-vous !

Chez Izisport, votre abonnement est sans engagement alors n’hésitez plus et venez découvrir les bienfaits de la salle de sport sur vos pratiques sportives !

Izisport, c’est 2 salles de sports proches à Saint-Etienne ouvertes de 6 heures à 23 heures. Alors venez tester votre motivation à toute heure de la journée !

Etape 1 : En prendre conscience

Et oui, c’est là la base de tout votre travail : il vous faut d’abord accepter le fait que vous n’êtes pas « juste gourmand » et que vous entretenez une forme de dépendance à la nourriture pour vous aider à gérer vos émotions.

Mais rassurez-vous, vous êtes déjà sur la bonne voie ! En effet, en lisant ce genre d’article, vous faites déjà un premier pas vers l’acceptation. Et puis, il ne faut pas oublier que vous n’êtes pas le seul dans cette situation, après tout nous vivons dans une société où la nourriture est surabondante et facile d’accès.

Cela dit, il se peut que vous ayez encore des doutes quant à votre « diagnostic ». Alors pour vous aider à en avoir le cœur net, voici une liste de quelques questions que vous pouvez vous poser :

  • Est-ce qu’il vous arrive de manger en mode « automatique » sans savourer les aliments, sans prêter aucune attention à ce que vous mangez ?
  • Avez-vous une sensation de vide intérieur que vous essayez de combler en mangeant ?
  • Quand vous avez faim, avez-vous une attirance irrépressible pour un certain type d’aliments ?
  • Vous sentez-vous impuissante face à vos envies de grignoter ?
  • Ressentez-vous de la culpabilité après avoir mangé ?
  • Vous arrive-t-il de ressentir une faim subite et incontrôlable ?
  • Mangez-vous quand vous vous sentez triste, frustrée, inquiète ou seule ?

Ces questions permettent de mettre en avant certains symptômes de la faim émotionnelle. Ainsi, si vous avez répondu « oui » à 3 ou plus, vous êtes probablement un « mangeur émotionnel ».

Etape 2 : Apprendre à reconnaitre les déclencheurs

L’une des étapes essentielle pour vous permettre de surmonter cette faim est de mieux comprendre son origine. Si vous apprenez à reconnaitre les déclencheurs émotionnels qui vous provoquent cette envie soudaine de manger, vous pourrez plus facilement les éviter ou les prévenir.

Les diététiciens s’accordent pour dire qu’il existe 4 grands types de déclencheurs émotionnels :

  • Les émotions déclenchées par un évènement : lorsque vous êtes invité à un repas chez des amis, lorsque vous devez vous rendre à un rendez-vous important ou même lorsque vous devez aller à un concert. A l’approche de ces évènements, souvent fortement chargés en émotions, vous avez soudainement envie de manger. Et ce, que ce soit avant, pendant ou même après le dit évènement.
  • Les émotions déclenchées par un sentiment refoulé : cette fois-ci, la faim arrive à postériori, souvent le soir, avant de vous coucher. Durant votre journée, vous avez refoulé des sentiments que vous n’avez pu exprimer, mais au moment de vous coucher, votre cerveau commence à tout remonter. Vous êtes alors en proie à de trop nombreuses réflexions et émotions qui ne s’apaiseront qu’en grignotant.
  • Les émotions déclenchées par une faible estime de soi : Vous connaissez cette petite voix dans votre tête qui ne cesse de vous critiquez et de vous rabaissez ? Bien sûr que oui, nous l’avons tous, cependant, nous n’y réagissons pas tous de la même manière. Dans le cas présent, en doutant de vos capacités, vous êtes assaillit par de nombreuses émotions qui vous semble ingérables. A nouveau, face à cette sensation d’impuissance, vous cédez à la nourriture.
  • Les émotions déclenchées par un individu et/ou ses propos : comme l‘a dit le philosophe Hobbes : « L’Homme est un loup pour l’Homme ». Et oui, parfois, il suffit juste qu’une remarque mal placée, voire qu’une personne, par sa simple présence, provoque en vous une montée d’émotion intense et désagréable. Vous serez alors tenté de calmer la tempête émotionnelle qui fait rage en vous en mangeant.

Bien-sûr, cela peut vous prendre du temps de comprendre quels sont les éléments déclencheurs. Pour vous aider à en trouver la source et apprendre à gérer vos émotions autrement que par le biais de la nourriture, voici quelques questions que vous pouvez-vous poser avant de manger :

  • Quelle(s) émotion(s) est-ce que je ressens en ce moment ?
  • Quel a été l’élément déclencheur de cette/ces émotion(s) ?
  • Ai-je faim ? Situez votre faim physiologique sur une échelle de 0 (pas faim) à 10 (très faim) peut être utile pour répondre à cette question.

Etape 3 : Trouver un substitut pour gérer vos émotions sans la nourriture

Maintenant que vous savez que vous êtes un mangeur émotionnel et que vous avez une idée de ce qui peut déclencher cette faim psychologique, il est temps d’essayer de s’en libérer ! Pour cela, il va vous falloir apprendre à gérer vos émotions autrement que par la nourriture.

Bien évidemment, cette étape peut sembler difficile puisque l’habitude est déjà bien ancrée mais pas impossible ! Il va falloir vous armer de courage et de détermination pour défaire cette habitude !

Alors pour affronter et canaliser vos émotions, il existe une multitude de substitut à la nourriture. Tout d’abord, vous pouvez opter pour des exercices de respiration et/ou de relaxation. Ensuite, vous pouvez vous inscrire dans une salle de sport pour vous dépenser et extérioriser toutes les émotions négatives que vous avez emmagasiné.

Ensuite, essayez de vous satisfaire. Les émotions négatives à l’origine de votre faim sont souvent nées de besoins non satisfaits. C’est pourquoi, dès que possible, essayez de prendre du temps pour vous et pour vous faire plaisir.

Etape 4 : Rejeter la mentalité « régime »

Il est primordial pour vous de comprendre que les régimes ne fonctionnent pas, ou tout du moins, pas sans des conséquences parfois très néfastes.

En effet, il a déjà été prouvé à maintes reprises que les régimes augmentent les envies de manger ou de grignoter. Et c’est logique ! Plus vous vous priverez de manger ce carré de chocolat noir qui vous fait de l’œil, plus vous aurez envie de le manger, voire de manger toute la tablette ! Notre conseil : ne vous priver pas dans la mesure du possible.

Et attention, car même si on ne fait pas de régime à proprement parlé, vous pouvez vous priver : c’est ce qu’on appelle les restrictions cognitives. Et qu’est-ce que c’est ? Et bien c’est tout simplement le sentiment de culpabilité qui vous prend lorsque vous venez de vous faire un petit plaisir en mangeant un bout par exemple. Sachez que votre cerveau ne sait pas faire la différence entre un régime et un sentiment de culpabilité puisque dans les 2 cas, il ne peut pas profiter complètement.

Etape 5 : Manger en pleine conscience

Lorsque vous mangez sous le coup de l’émotion, il n’est pas rare que vous ne preniez pas le temps de savourer les aliments que vous ingérer. Votre seul objectif étant de manger pour vous aider à affronter vos émotions.

En diététique, on dit qu’à ce moment là, vous êtes « déconnecté de votre corps ». Alors pour vous libérer de cette faim émotionnelle, il vous faut apprendre à manger en pleine conscience. Bien sûr, cette nouvelle habitude à mettre en place dans votre quotidien ne sera pas simple à instaurer mais vous pouvez le faire.

Notre conseil : ne vous mettez pas la pression. Essayer de commencer par prendre le temps de déguster et de savourer les aliments que vous mangez. Prenez le temps de vous poser pour petit-déjeuner, déjeuner et diner pour pouvoir en profiter pleinement.

Profitez de la diversité et de l’abondance alimentaire dont nous bénéficions de nos jours. Prenez conscience de cette chance lors de vos repas, ou même de vos grignotages, pour vous aider à les savourer comme il se doit.

Etape 6 : faire la paix avec la nourriture

Maintenant que vous savez que la nourriture n’est pas la clé de votre problème, il est temps de vous en acquitter.

Pour vous aidez, vous pouvez vous faire accompagner par des professionnels. Vous pouvez en premier lieu évoquer le problème avec votre médecin traitant. Ce-dernier pourra alors vous orienter vers un professionnel qualifié pour vous aider à gérer vos émotions.

Bien sûr, cela peut sembler stressant ou gênant mais n’oubliez pas que ces personnes sont des professionnels compétents qui sont là pour vous épauler et régler avec vous le problème.

Chez Izisport, vous avez la possibilité de vous faire accompagner par un coach sportif qui pourra vous aider à régler cette faim émotionnelle avec notamment des programmes nutritionnels ainsi que des programmes d’entrainements.

Rejoignez nous sur nos réseaux:
Les autres catégories d'articles:
Retrouvez la salle de sport la plus proche de chez vous: