fbpx
Comment mesurer ses progrès en sport ?

Comment mesurer ses progrès en sport ?

Comment mesurer ses progrès sportifs ?

La balance, oui mais pas seulement !

Mesurer ses progrès en musculation : le casse tête de tout sportif !

En musculation, il est à la fois important et compliqué de procéder à un suivi des progrès. Comme tout sportif, vous avez du vous poser des questions telles que :

Faut-il se peser régulièrement ? Faut-il juste se fier à l’évolution qu’on constate à travers le reflet du miroir ? Comment ne pas tomber dans une pratique anxiogène et malsaine pour son corps ? Faut-il s’en remettre aux nouvelles technologies de pointe comme les balances ou les montres connectées ?

Heureusement, il existe des réponses à ces questions et nous allons vous les fournir dans cet article !

Et comme chez Izisport, nous prônons le sport simplement, nous allons vous fournir des méthodes simples et efficaces pour mesurer vos progrès tout en vous aidant à optimiser au maximum l’obtention de vos résultats. L’objectif de cet article : vous aider à atteindre une évolution concrète et durable !

Le saviez-vous: chez Izisport, vous pouvez bénéficier d’un coach personnel pour presque rien. Et ça tombe bien, car un coach forge la motivation, alors prenez rendez-vous !

Chez Izisport, votre abonnement est sans engagement alors n’hésitez plus et venez découvrir les bienfaits de la salle de sport sur vos pratiques sportives !

Izisport, c’est 2 salles de sports proches de Saint-Etienne ouvertes de 6 heures à 23 heures. Alors venez tester votre motivation à toute heure de la journée !

1- La balance « classique » : un indicateur à prendre avec des pincettes

Nous le faisons tous, la première chose à laquelle nous pensons en terme de progression, c’est notre poids. Or, cet indicateur n’est pas toujours le plus adapté pour constater notre évolution.

En effet, comme vous le savez déjà, une perte de masse grasse implique forcément une prise de masse musculaire. Dans ces conditions, il n’est pas impossible qu’avec un entrainement rigoureux et régulier, la perte de masse grasse soit équivalente à la prise de masse musculaire, donc que votre poids ne varie pas énormément.

C’est pourquoi la balance classique n’est pas l’indicateur le plus adapté si elle n’est pas couplée avec d’autres indicateurs. De plus, il ne faut pas oublier que la balance est un indicateur à long terme donc pas la peine de se peser tous les jours.

En revanche, pour ce qui est des balances de hautes technologies, capable de vous fournir un bilan corporel complet sur votre composition anatomique (masse musculaire, masse grasse, l’eau corporelle, la solidité des os…), les données sont à prendre avec plus de sérieux.

Le fonctionnement de ces balances est simple : elles envoient un courant de faible intensité à travers l’ensemble du corps pour en déduire les différentes masses.

Cependant, pour obtenir une balance avec des informations complètes et précises, il faut souvent être capable de mettre la main au portefeuille (14 000€ pour une balance InBody) ! Notre conseil : rendez-vous dans des salles de sports comme Izisport pour faire un bilan de masse corporelle. De plus chez Izisport, ce bilan vous sera expliqué et analysé par un coach sportif diplômé d’Etat.

2- Le mètre couture : le complément de la balance « classique »

Et oui, c’est tout bête mais rien de plus efficace qu’un mètre couture pour prendre vos menstruations ! Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de prendre les menstruations des groupes musculaires principaux et des zones intéressantes. Nous vous fournissons ci-dessous un petit guide pour apprendre comment prendre vos menstruations dans les zones les plus intéressantes :

  • Les bras : Montez votre coude sur le côté à la hauteur de votre épaule. Fléchissez le bras puis contracter au maximum. Avec votre mètre, mesurer l’endroit ou le muscle est le plus gros ;
  • La poitrine : Placez le mètre au niveau de votre poitrine et faites en le tour avec le mètre en passant sous vos aisselles ;
  • La taille : Placez le mètre sous votre nombril, contractez toute la ceinture abdominale et faites en le tour ;
  • Les cuisses : Contractez vos cuisses et mesurez à l’endroit où le muscle est le plus gros ;

Si ces mesures sont faites précisément, allié au poids qui s’affiche sur la balance, vous êtes en bonne voie pour quantifier vos progrès. Notre conseil : vous peser toutes les semaines et prendre vos menstruations une fois toutes les 2 semaines, de préférence, le matin à jeun. Sachez qu’il est primordial que vous soyez dans les mêmes conditions à chaque pesée et prise de menstruations.

3- Se prendre en photo : pour constater son évolution dans le temps

En musculation, il est important de connaitre votre point de départ pour avoir un jugement objectif quant à votre évolution. Mais attention, certaines règles sont à respecter pour prendre de bonnes photos sur lesquelles s’appuyer :

  • Le lieu : Un mur blanc ou de couleur neutre (unie ou homogène) fait l’affaire ;
  • L’éclairage : On ne cesse de le répéter mais en photographie musculaire, c’est l’éclairage qui fait tout. Veillez à choisir un éclairage venant du haut, du bas ou légèrement de coté pour avoir un aspect plus détaillé et défini ;
  • Le moment de la journée : Tout comme pour les menstruations et la pesée, nous vous conseillons de toujours prendre votre photo au même moment de la journée ;
  • La qualité des photos : Cela peut sembler bête mais si la qualité des photos n’est pas optimale, comment voulez vous pouvoir faire une comparaison objective. Mais pas la peine de prendre l’appareil photo dernier cri, un simple smartphone peut faire l’affaire.
  • L’angle de la photo : Maintenant, il ne vous reste plus qu’à prendre des photos de face, de dos et de profil en étant relâché et/ou contracté et/ou congestionné.

Nous vous conseillons de prendre des photos toutes les 3 à 4 semaines puisque le physique peut parfois être long à évoluer.

4- Le carnet d’entrainement : le tableau de bord de votre progression

Le carnet d’entrainement, c’est l’outil qui fait la différence dans votre routine d’entrainement !

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, c’est très simple : à la fin de chacune de vos séances, notez l’ensemble de vos performances. L’objectif est de traquer au maximum vos progrès en réalisant des surcharges progressives de séances en séances.

Voici un petit guide des informations à renseigner dans votre carnet :

  • Le nombre de séries prévues et réalisées : que vous ayez réussit, échoué ou même dépassé l’objectif que vous vous étiez fixé, il est important pour vous de tout renseigner ;
  • Les répétitions prévues et réalisées : à nouveau, soyez franc. Le but n’est pas de vous surestimé ou de vous estimé mais d’avoir un retour clair et concret sur vos performances ;
  • Le poids choisi : cette donnée est très importante puisque nous avons tous tendance à vouloir augmenter le poids entre chaque séance ;
  • Vos impressions ou des informations complémentaires sur votre séance : Ce carnet est également l’occasion de vous laisser des messages pour vos prochaines séances ou de vous permettre de constater votre progression sur un exercice en particulier ;
  • Une note sur 20 pour définir votre ressentit quant à la séance ;

Avec toutes ces informations, si vous les renseignées bien entre chaque séance, votre carnet devrait rapidement devenir votre meilleur allié pour progresser. Grâce à lui, vous pourrez comprendre pourquoi vous stagnez, comment continuer à vous améliorer et sur quels points insister lors de vos entrainements.

Notre conseil pour éviter de stagner est de changer régulièrement votre programme d’entrainement, toutes les 3 à 6 semaines, pour garder une progression constante.

Rejoignez nous sur nos réseaux:
Les autres catégories d'articles:
Retrouvez la salle de sport la plus proche de chez vous: